Fermer la publicité

Megacitiz, le catalogue de la haute technologie en ligne

le - - Entreprise de la semaine

Megacitiz, le catalogue de la haute technologie en ligne

Site de e-commerce spécialisé dans le domaine des objets connectés et de l'accessoire high-tech, Megacitiz privilégie les marques françaises et la proximité du client.

Tout commence par un cadeau de Noël, en 2014 lorsqu’Armand Pellin se met en quête d’une station météo qu’il souhaite offrir à son épouse. Il cherche sur internet et trouve les références classiques et identiques sur tous les sites, sans apport d’informations supplémentaires. Alors salarié de Sapiens Group, il décide de proposer à sa direction de lancer une plate-forme dédiée aux objets connectés et de faire la part belle aux entreprises et aux start-up françaises en plébiscitant la french tech. Tout se passe très vite. Une étude de marché est réalisée, un cahier des charges rédigé et le site est imaginé par Ulysactive, filiale de Sapiens Group, spécialisée dans la publication web et les nouvelles technologies. Le site de vente Megacitiz est en ligne fin mai 2015, soutenu par un investissement financier de Sapiens Group de 30 000 €.

Après un début,  et notamment une année 2016 difficile, Megacitiz propose aujourd’hui un catalogue de 600 produits connectés et high tech et elle semble avoir franchi un cap de notoriété et de sérénité. La start-up s’appuie sur un savoir-faire et des compétences dans le domaine du e-commerce. Elle propose un service de proximité et de conseils sur 63 marques différentes. « D’ici la fin de l’année, nous voulons étendre notre gamme avec 1 000 produits et 100 marques, avec une priorité pour la french tech. D’ici fin juin, nous aurons un tiers de marques françaises, » explique Armand Pellin. Entouré d’une équipe de cinq personnes basée à Lyon, il s’occupe de la stratégie commerciale et de la relation clients de la structure qui dispose d’un entrepôt mutualisé à Arnas et d’un studio technique à Chambéry.
Contre toute attente, les produits les plus sollicités concernent le domaine du sport, du bien-être et de la santé. «  Nous pensions que la domotique smart home, avec les caméras de surveillance, alarme, aspirateurs robots, pluviomètres, stations météo, etc. serait la rubrique la plus plébiscitée. Et bien non. Elle laisse la place aux bracelets connectés, montres sophistiquées qui permettent de capter de nombreuses données personnelles sur l’activité physique et la santé. » Après les classiques casques audio, caméra vidéo, enceintes, montres et accessoires, les drones ont également le vente en poupe. « C’est le jouet du moment ! » confirme Armand Pellin.

Inspiré par le modèle lyonnais LDLC, Megacitiz optimise le référencement naturel pour conquérir de nouveaux clients et surtout augmenter le panier moyen de 50 € environ. La fréquentation du site, en augmentation régulière, ainsi que le blog avec une communauté de 3 000 personnes, laissent de grands espoirs pour une année 2017 qui permettrait de doubler le chiffre d’affaires et de le porter à 200 000 €.
https://www.megacitiz.com/fr/

Agnès Giraud-Passot

Armand Pellin : « Le marché n’est pas encore mature »

Comment vous différenciez-vous des nombreuses plates-formes de e-commerce ?
Nous avons une charte de déontologie. Tout d’abord, nous proposons un maximum de produits français, un critère de plus en plus considéré. Ensuite, nous privilégions la proximité et le service du client grâce à un numéro de téléphone lyonnais non surtaxé qui permet d’obtenir directement un des trois collaborateurs de Megacitiz. Nous maitrisons entièrement notre catalogue et apportons de véritables conseils sur le choix et l’utilisation de nos objets. Un client qui commande chez nous doit être tranquille et rassuré. Enfin, nous respectons les données de nos clients en étant peu intrusifs. Nous effaçons toute information à la demande du client.
Quelle est la clé de votre réussite au sein d’un marché en pleine expansion ?
En 2015, nous étions dans les premiers à créer ce type de plate-forme. Très vite, d’autres start-up nous ont suivis. L’année 2016 a alors été très difficile. Nous avons la chance d’avoir le groupe Sapiens derrière nous qui nous a permis de résister. Mais nous savons également nous remettre en question, notamment sur la qualité de service, la profondeur du catalogue, la refonte du site. Nous avons  persévéré et nous avons réalisé 40 % de notre chiffre d’affaires à Noël. Nous sommes maintenant à l’équilibre. Tant que le marché de l’objet connecté n’est pas mature, le potentiel reste très important. Notre blog est aussi un outil de communication essentiel. Aujourd’hui, nous possédons une bonne base. Il nous manque  juste la visibilité.
 




Agnès GIRAUD-PASSOT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide