Fermer la publicité

Moto autonome : ne pas dire « jamais »

le 17 février 2017 - Michel MOLAME - Automobile

Moto autonome : ne pas dire « jamais »
Le concept Vision Next 100 de BMW

Une automobile en marche, son unique occupant sur la banquette arrière : ce n'est pas un numéro de cirque. En avril dernier, Ford a réalisé l'exploit dans l'Arizona. De nuit, tous feux éteints. A quand le motard circulant dos à la route ?

Numéro 1 mondial du deux-roues, Honda développe également des robots. Son chef d’œuvre met du sien pour ressembler aux humains. Deux bras, deux jambes et même un  prénom : Asimo. Il tient parfaitement debout, marche, grimpe les escaliers, peut rendre service à la maison comme au bureau. Il dit bonjour et s’entraîne à la conversation.

Honda a rapproché Asimo d’un de ses gros cubes, le roadster NC 750 S, avec des résultats étonnants. Au guidon de ce concept, le motard arrêté au feu rouge reste appuyé sur les cale-pieds. Sa virée bouclée, il descend de la selle et s’en va sans même immobiliser la moto sur sa béquille. D’elle-même, la machine maintient à la verticale ses 200 kilos. Au parking, elle se range et s’extrait de sa place comme une voiture autonome. Sans pilote, mais surtout sans tomber.

La première moto qui tient debout toute seule a ainsi étalé son potentiel début janvier à l’Electronique Show de Las Vegas. Dans sa combinaison blanche, l’animateur casqué, concentré sur ses gestes, déroule sa démonstration avec la circonspection d’un agent contrôleur de radioactivité. Au parking, il se tient en selle sur sa moto immobile, bras en croix, aucun pied sur le sol (notre photo).

A la sortie du hangar, la moto déploie d’humaines précautions avant de s’engager sur la voie de circulation perpendiculaire. Son phare pivote : un coup à gauche, un coup à droite. Le balayage reproduit le mouvement de tête du motocycliste s’assurant qu’aucun tiers ne déboule. Impossible de ne pas conclure que le phare contient une caméra.  Cette Honda engage ainsi ses roues dans le sillage de l’automobile autonome.

La moto qui stationne d’elle-même et demeure en place sans béquille promet une inédite facilité de conduite aux très faibles vitesses. Le motard n’aurait pas à zigzaguer pour tenir sa machine debout. Elle modifie en effet sa géométrie. A 4,8 km/h, la fourche s’incline, ouvrant l’angle de chasse. Bénéfices annexes : bloc avant rapproché du bitume, centre de gravité abaissé et empattement accru. Peu disert sur les technologies mises en œuvre, Honda fait état d’un moteur électrique contrôlant la direction. Quant à la stabilité du prototype à l’arrêt, elle ne doit rien au système gyroscopique du Segway, recalé pour son poids. Ressert ici un tabouret électrique high-tech,  multidirectionnel , déjà développé par Honda pour les seniors à mobilité limitée. Les curieux n’en restent pas moins sur leur faim.

 

BMW : ni tableau de bord, ni casque

 

BMW aussi s’investit dans la moto autonome. Son concept Vision Next 100 dévoilé en octobre dernier décoiffe deux fois. Un, ce deux-roues se présente sans tableau de bord apparent. Deux, il se pilote sans casque. Connectée à l’environnement et aux véhicules en circulation, cette moto évite les sorties de route et les mauvaises rencontres. La technologie embarquée préserverait de surcroit le motard des chutes à haute vitesse. Des lunettes Visor au port obligatoire facilitent le pilotage. En plus des contenus d’un tableau de bord, elles affichent le fléchage de l’itinéraire et la trajectoire idéale.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide