Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Nathalie Ergino, militante de l'art contemporain

le - - Société

Nathalie Ergino, militante de l'art contemporain
(© Angel Sanhueza)

Elle arrive en retard, se confondant en excuses.

Nathalie Ergino est une femme débordée. Il faut dire que le soir-même, elle accueille Guillaume Leblon pour le vernissage de sa première exposition monographique, À dos de cheval avec le peintre. Le musée bruisse encore des derniers préparatifs, vrombissement des perceuses, chuintement des pinceaux pour les dernières retouches. Elle avait déjà invité l’artiste, installé à Paris, lors de précédentes expositions collectives et lui offre sa première monographie comme elle l’a fait pour d’autres avant lui. Nathalie Ergino est une tête chercheuse, comme son prédécesseur avant elle. En effet, dès 1978, Jean-Louis Maubant invitait Daniel Buren, exposait trois ans plus tard, Tony Cragg, deux artistes devenus aujourd’hui des vedettes de l’art contemporain.
Diplômée de lettres modernes, d’histoire de l’art et de cinéma, elle a grandi au gré des affectations de ses parents, qui travaillaient dans la sidérurgie, en Nouvelle-Calédonie, en Algérie, entre autres. Son enfance passée aux quatre coins du monde et son triple cursus lui ont donné le goût de l’ouverture et un « intérêt pour le foisonnement ». Ainsi, celle qui se destinait plutôt à la conservation s’oriente très vite vers le « terrain » et devient rédactrice et coordinatrice de la revue Artstudio fondée par le célèbre galeriste parisien, Daniel Templon, en 1986.
Curieuse de nature, elle veut parfaire son parcours professionnel et s’engage dans la formation dispensée à l’école du Magasin (Centre d’art contemporain de Grenoble), qui s’est ouverte l’année précédente. Elle deviendra un an plus tard chargée des expositions du Carré d’art de Nîmes, avant de prendre la direction du Collège/Frac Champagne- Ardenne à Reims, sa ville natale. Bouillonnante d’idées, elle initie la première association des amis des Frac (fonds régionaux d’art contemporain) tout en menant une politique d’acquisitions audacieuse. Politique qu’elle continuera de mener à la direction du Mac de Marseille où elle restera cinq ans. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5105 du samedi 14 juin 2014




GiB
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide