Fermer la publicité

OPEN PARC : LYON DE RETOUR SUR TERRE (BATTUE)

le 25 avril 2017 - Laurent Odouard

OPEN PARC : LYON DE RETOUR SUR TERRE (BATTUE)
© avicom - Jo-Wilfried Tsonga, parrain du tournoi

C'est l'événement ! Lyon va accueillir, du 20 au 27 mai, un ATP 250 avec en tête d'affiche, Jo-Wilfried Tsonga, ambassadeur du tournoi. Du sportif certes, mais surtout du business et une belle image à valoriser grâce à l'Open Parc Auvergne – Rhône-Alpes, premier du nom ! Entretien avec Pascal Biojout, directeur général de Sport Plus Conseil.

Open Parc, acte 1. C’est la renaissance du GPTL à Lyon ?

Non, ce n’est pas la suite du GPTL, qui était en indoor, mais bien un nouvel et bel événement avec une atmosphère propre. Ce n’est pas une renaissance, c’est une création. Depuis six mois, on se bat pour générer un produit attractif, et en faire une grande réussite.
Il y a le sportif, mais ce sera aussi un événement à portée économique ? L’Open Parc est avant tout un événement sportif avec près de 30 % du tennis mondial rassemblé pendant une semaine à Lyon. Mais ce rendez-vous, et parce que le format hebdomadaire le permet, sera aussi une plateforme de rencontres. Nous aurons 2 500 m2 d’espaces réceptifs, avec 18 pavillons privatifs réservés par des entreprises régionales. Sans oublier les entreprises, nombreuses, qui réservent la centaine de loges à la semaine. Nous devrions par jour, accueillir un millier de VIP et servir, grâce à Sodexo et son partenaire C-Gastronomie, près de 10 000 repas en hospitalité pendant le tournoi. La dimension B to B est majeure.

Avez-vous éprouvé des difficultés à séduire les collectivités pour vous accompagner dans cette aventure ?

Les collectivités nous accompagnent sur un plan technique et logistique, à l’image de la Ville de Lyon, sans qui rien n’est possible sur ce site de la Tête d’Or. La Région Auvergne – Rhône-Alpes est un partenaire titre qui nous aide financièrement, à hauteur de 15 % du budget de l’événement. A noter que le partenariat privé est majoritaire, ce qui est remarquable.

Relevez-vous une appétence des décideurs économiques pour ce tournoi ?

On imaginait qu’il y avait une attente, depuis la fin du GPTL. On constate que Lyon aime le tennis. On en a la confirmation chiffrée, puisque l’on recense plus de 130 partenaires. C’est énorme. Le contexte sportif sera de haut niveau mais la convivialité ne sera pas oubliée avec des animations pour les partenaires, un espace lounge pour des afters…La réalisation des équipements a-t-elle été confiée aux entreprises locales ou régionales ? La terre battue nécessite une compétence spécifique. Ce sera la même terre qu’à Roland-Garros (ndlr : idem pour les balles).

En revanche, la conception des infrastructures éphémères sera l’oeuvre de GL events, opérateur logistique du tournoi. Tous les signaux sont au vert ? Depuis un semestre, on travaille pour faire de ce tournoi, un carrefour d’échanges. Avec l’objectif de fédérer le tissu économique local. La billetterie marche fort, les retombées médiatiques seront réelles avec une couverture télé (beIN Sports) et de la notoriété pour la ville avec l’un des 50 meilleurs tournois du circuit. Donc, oui, aujourd’hui, tout se présente pour le mieux…

                                                                 La guerre des trois aura-t-elle lieu ?

Milos Raonic et Nick Kyrgios

« Le plateau sera relevé ». Les organisateurs de ce premier Open Parc Auvergne – Rhône-Alpes ont tenu parole. Sur l’ocre du court central, les Terriens devront défier la logique qui voudrait que l’on retrouve les trois ogres du circuit au terme de la semaine de tournoi. Membres du top 10 mondial, le Français Jo-Wilfried Tsonga et le Canadien Milos Raonic devront batailler ferme face à la meute des outsiders emmenée par le jeune et fantasque Australien Nick Kyrgios. Du costaud sur cette terre battue du parc de la Tête d’Or qui verra se dérouler les simples (28 joueurs inscrits au tableau) mais aussi une compétition en double. Une double ration donc. Mais quand on aime…

LES CHIFFRES

4 000 le nombre de places du court central
3 le nombre de courts annexes
2 500 en mètres carrés, la superficie du village VIP
1857 année de création du parc de la Tête-d’Or, site historique hôte du tournoi
14 le nombre de titres de Tsonga sur le circuit ATP
250 le gain en points ATP pour le vainqueur
540 000 en euros, le prize money de l'Open Parc



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide