Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Rain de Anne Teresa de Keersmaeker, un indispensable à la Maison de la Danse

le - - Spectacle vivant

Rain de Anne Teresa de Keersmaeker, un indispensable à la Maison de la Danse
@Anne-Van-Aerschot

C'est l'un des événements de la saison danse. La grande chorégraphe flamande, Anne Teresa de Keersmaeker revient à Lyon après plusieurs années d'absence sur les scènes lyonnaises avec l'un de ses plus gros succès, l'implacable Rain.

Deuxième chorégraphie de Anne Teresa de Keersmaeker sur une musique de Steve Reich, Rain est un flot continu de mouvements qui force l'admiration. La structure est extrêmement précise et pourtant les interprètes, tant femmes qu'hommes donnent une invraisemblable impression de liberté et de fluidité à cette pièce totalement hypnotique, comme la partition du compositeur américain, du reste. Les boucles se succèdent, avec de minuscules variations qui emportent les spectatrices et les spectateurs dans un flux ininterrompu telle une vague qui avance et se retire sur la grève.

Aux subtiles phrases chorégraphiques construites selon le nombre d'or, une proportion géométrique qu'utilise très fréquemment la fondatrice de la compagnie Rosas dans ses compositions, se superposent les décors splendides de Jan Versweyveld et les costumes mouvants de Dries van Noten tandis que la partition Music for 18 musicians magnétise les oreilles. Brillante manifestation du talent de Anne Teresa de Keersmaeker, Rain a fait l'objet d'une reprise en 2016, dans le cadre du travail de répertoire qu'effectue la compagnie depuis quelques années.

Écrite en 2001, cette pièce est considérée comme un « point d'orgue » dans son œuvre par la chorégraphe elle-même. Elle est d'ailleurs entrée au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris en 2011, après moult pourparlers entre de Keersmaeker et la directrice des Ballets à cette époque, Brigitte Lefèvre, la première cédant pour la première fois une de ses pièces à une compagnie autre que la sienne. Et qu'elle considère à juste titre comme l'une de ses plus belles propositions. Il faut donc courir (re)découvrir cette pièce absolument magique dans sa rigueur et sa liberté.

Maison de la danse, 20 et 21 mars, www.maisondeladanse.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide