Fermer la publicité

Renault Clio : pour rester en tête

le - - Automobile

Renault Clio : pour rester en tête

Leader de son segment en Europe et aussi Renault la plus vendue au monde, la Clio IV conserve de solides positions. Et ses ventes ne s'érodent pas sous le poids des ans, bien au contraire, puisqu'elle est passée de 310 000 exemplaires à son lancement en 2013 à 396 000 l'année suivante, en grimpant encore à 410 000 en 2015 : + 8 % !

La concurrence ne manque pourtant pas dans ce segment B féroce qui offre une multitude de modèles. Afin de conserver sa première place, la Clio (4,06 m en berline et 4,26 m en break Estate) s’offre ainsi un léger lifting pour sa quatrième génération, élargit le champ de ses motorisations et améliore sa qualité perçue. Déjà produite à Flins et à Bursa en Turquie, cette petite Renault sera également fabriquée l’an prochain en Slovénie à Novo Mesto afin de répondre à la demande. Et l’usine de Dieppe se chargera de la RS sportive.

C’est principalement la face avant qui marque la différence avec des retouches de calandre, des boucliers et une nouvelle signature lumineuse en forme de C dans la droite ligne du concept-car DeZir. Toutes les Renault présentent désormais le même visage avec une calandre élargie et des projecteurs full LED qui les feront immédiatement reconnaître dans la rue. Feux arrière et bouclier bénéficient du même traitement tandis que deux nouvelles teintes s’ajoutent aux huit déjà existantes.

A l’intérieur, les designers ont peaufiné la qualité et le choix des matériaux tandis qu’ils amélioraient le maintien des sièges. Au total, 30 combinaisons possibles entre les stripping de carrosserie et les deux ambiances intérieures. De multiples packs permettent encore de compléter les équipements offerts, avec notamment une aide au parking mains libres, de nouveaux systèmes multimédia connectés comme ce R & Go qui permet de raccorder son smartphone à la voiture ou le choix d’un son Bose à 7 HP en option ou en série sur la finition Initiale Paris.

Sous son capot, la Clio offre le choix entre onze groupes motopropulseurs essence ou diesel de 75 à 120 chevaux, avec des boîtes mécaniques ou automatiques EDC à double embrayage. Les deux nouveaux associent un dCi 110 et un Tce 120 à une boîte mécanique à six rapports. Le même agrément sur la route avec beaucoup d’onctuosité mais les différences inhérentes à ces carburants : un peu plus de souffle en reprise sur l’un, une discrétion plus affirmée sur l’autre. C’est le kilométrage prévisible qui déterminera le choix.

Le conducteur sportif choisira pour sa part sans hésiter la version RS de 200 ou 220 ch avec trois châssis proposés : Sport, Cup ou Trophy. Si l’on a plus de chance sur la route d’admirer ses feux arrière (6’’6 de 0 à 100 et 235 km/h) cette RS innove avec un bloc optique à damier logé dans la calandre inférieure en supplément des feux classiques. Ce multi réflecteur à LED regroupe les anti-brouillard, l’éclairage de l’intérieur du virage, les feux de position et les projecteurs longue portée. A l’arrière, un démonstratif échappement Akrapovic à double sortie dynamise les montées en régime tout en procurant une identité sonore charmeuse pour les oreilles.

Sans compter autant de variantes Estate (+ 600 €) la Clio propose 24 versions de 13 700 à 26 200 € selon 4 niveaux de finition : Life, Zen, Business ou Intens couronnés encore par la très cossue Initiale Paris. La voiture française la plus vendue de tous les temps avec ses 13 millions d’exemplaires depuis 1990 ne veut décidément pas interrompre sa saga.




Michel MALHOMME
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide