Fermer la publicité

Bentley Bentayga : rien au-dessus

le 03 février 2017 - Michel MOLAME - Automobile

Bentley Bentayga : rien au-dessus

Choisir le coloris de sa Bentley en l'assortissant judicieusement à la décoration intérieure n'a rien d'une sinécure. La décision demande en effet une intense réflexion, l'acheteur potentiel pouvant marier 120 teintes extérieures à 25 nuances de cuir, et encore ne s'agit-il que des propositions de base puisque les combinaisons sont absolument illimitées.

Créée en 1919, associée à Rolls-Royce dix ans plus tard puis séparée en 1998 en rejoignant l’univers Audi-VW alors que BMW s’emparait de Rolls, la marque britannique issue de l’aéronautique a lancé avant sa petite sœur le premier SUV de haut luxe. Ce Bentayga ne fait que surfer sur la vague générale favorable à ce genre de véhicule mais n’abandonne rien de ce qui a fait de Bentley l’une des plus somptueuses marques automobiles.

Proposer  608 chevaux pour aller crapahuter en tout terrain, avaler un raidillon ou s’extirper d’un bourbier dépasse un peu l’idée qu’on se fait de l’usage d’un 4 x 4 ordinaire. Qui peut le plus peut naturellement le moins, même si le propriétaire d’un tel véhicule préférera généralement engager ses roues de 22 sur le bitume d’une nationale. Mais le Bentayga sait tout faire. Et mieux que bien.

Le chuchotement discret de son 12 cylindres change à peine de ton lorsque le pied droit écrase l’accélérateur en libérant la horde de sa cavalerie. Mais la majesté de ce 4x4 de luxe, britannique de surcroit, réprouve toute brutalité inutile. Le couple de 900 Nm disponible à 1 350 t/m, juste après le ralenti, répond  en souplesse et en douceur à toute sollicitation, accélérant de 0 à 100 en 4’’1…jusqu’à 301 km/h ! Dans la circulation courante, ce moteur d’origine Audi sait aussi désacoupler six de ses 12 cylindres afin de diminuer la consommation (13,1 litres de super selon les normes) sans que le conducteur ne ressente vraiment de complexe.

Conforme à sa réputation en surfant sur la route comme dans un nuage, cette Bentley sait aussi se souvenir de son passé sportif en maîtrisant parfaitement le roulis de ses 2,5 tonnes quand les virages s’enchaînent. Elle dispose en effet d’un système de contrôle actif qui rassure bien vite le conducteur de ce luxueux vaisseau en gardant scrupuleusement son équilibre sans enchaîner de balancements. Cet équipement s’ajoute naturellement à une multitude d’autres : hauteur de caisse  variable, dix réglages de transmission moteur, sélection du terrain par une simple molette (boue, neige, gravier ou sable) contrôle des angles morts par caméra 360°, détection des piétons, affichage tête haute, régulateur de vitesse adaptatif, etc…sans compter naturellement un système audio sophistiqué Naim à 18 HP ainsi qu’une connexion à tous les réseaux. Mais son écran n’égale pas la taille de celui d’une Tesla.

Si Bentley survole avec ce mastodonte de 5,14 m la catégorie des SUV de luxe, la marque n’a pas jeté aux oubliettes le savoir-faire de ses artisans composant à la main les éléments de sa décoration et de son confort. Ajustables en tous sens, les sièges avant chauffants et massants, capitonnés en losange ou à coutures doubles, proposent 22 réglages. Les plus ardents défenseurs de l’écologie ne pourront protester contre l’emploi de bois d’essences rares pour le placage du tableau de bord : pour un arbre abattu, Bentley en fait replanter sept.

Proposé à la base à partir de 217 300 euros, le Bentlayga peut approcher le million pour certains modèles partant pour les Emirats du Golfe. Rien que le choix d’une Breitling centrale à tourbillon augmente déjà la note de l’équivalent d’une dizaine de Clio. Le choix des options n’a effectivement pas de limite, allant de la caisse à chien au coffret de pique-nique Mulliner avec flûte à champagne en cristal et couverture en cachemire, ou même à un assortiment de mouches soigneusement rangées dans un tiroir adéquat pour un amateur de pêche sportive.

« Rien au-dessus » pourrait être la devise de ce 4x4 exceptionnel qui mérite tous les superlatifs et va pourtant bientôt s’offrir aussi le choix d’un V8 diesel de 435 chevaux. Le premier de la marque.

Une gamme raffinée

Bentley a écoulé l’an passé 13 000 véhicules aux quatre coins du monde mais tous fabriqués à Crewe, le berceau de la marque en Grande-Bretagne. La France se contente d’une cinquantaine de ces véhicules diffusés seulement dans trois concessions : Paris, Cannes-Monaco et Lyon. A côté de ce nouveau Bentayga, la gamme propose trois autres modèles disposant tous de multiples  variantes : Mulsanne Speed ou Extended avec le V8 bi turbo historique de 537 ch, Continental berline ou cabriolet V8 ou W12 de 507 à 642 ch et Flying Spur offrant également 4 niveaux de puissance. Gonflée à 710 chevaux, une Continental Super Sport sera aussi assemblée cette année à seulement 710 exemplaires numérotés.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide