Fermer la publicité

Suzuki Swift : bonifier l'héritage

le 13 avril 2017 - Michel MOLAME - Automobile

Suzuki Swift : bonifier l'héritage

Spécialiste reconnu des petites voitures aussi bien urbaines que baroudeuses, Suzuki renouvelle sa gamme à un rythme accéléré depuis deux ans : Vitara, S-Cross, Celerio, Baleino, Ignis et maintenant Swift. Pour la 3e génération de sa compacte vedette, la marque a surtout tiré les enseignements du marché : la nouvelle Swift offrira une seule carrosserie à 5 portes et surtout aucun moteur diesel.

En adoptant le châssis de l’intéressante Baleino, la Swift 2017 perd 120 kilos tout en conservant une allure voisine bien que plus ramassée. Sa silhouette ne s’abaisse que d’un centimètre mais s’élargit de quatre avec pratiquement la même longueur de 3,84 m, malgré un empattement sérieusement allongé au bénéfice de l’espace intérieur. De son côté, le coffre gagne aussi 25 % en proposant désormais une contenance  de 265 litres.

La diminution considérable du poids (925 kilos) n’empêche pas cette compacte de proposer les dernières technologies en matière de sécurité : aide au freinage d’urgence à double capteur, alerte de franchissement de ligne, contrôle de vigilance du conducteur, gestion des feux de route, régulateur de vitesse adaptatif, assistance au démarrage en côte, contrôle de la pression des pneus, etc.

La calandre élargie ajoute du dynamisme tout en conservant l’ADN de la marque tandis que l’intérieur se modernise aussi par un insert blanc barrant toute la planche de bord. Les plastiques restent plus agréables à l’œil qu’au toucher.

La Swift 2017 propose deux motorisations essence : l’ancien 1.2 modernisé mais ne développant toujours que 90 ch et un nouveau 3 cylindres 1.0 à injection directe de 111 ch et 170 Nm. Tous deux peuvent encore bénéficier du renfort d’un système hybride léger ajoutant 50 Nm de couple au démarrage ou lors des reprises à bas régime.

Cet alterno-démarreur promet une économie d’essence d’environ 1 litre au cent avec 4,3 litres annoncés en moyenne (entre 5 et 6 litres lors de notre essai) mais fait surtout passer le véhicule en catégorie hybride avec les avantages financiers qui s’y rattachent. La batterie lithium-ion de 12 volts se recharge toute seule en roulant ou lors des phases de freinage.

Avec des suspensions améliorées et un rayon de braquage encore réduit, la Swift sait se faufiler avec aisance en ville et affirmer son autorité dans les virolets des routes de campagne. Si son 3 cylindres élève un peu la voix en accélérations il sait rester discret et même plaisant la majorité du temps. La gamme comprend 8 versions en panachant les deux motorisations à deux boîtes de vitesses mécanique ou automatique et une transmission intégrale. De 13 500 à 17. 500 € pour cette Swift qui a déserté la Hongrie pour être fabriquée uniquement au Japon.

Un constructeur très spécialisé

 

Avec 2,8 millions de voitures en 2016, Suzuki précède juste Mercedes au classement des marques mais se cantonne dans la production de voitures compactes, berlines ou SUV. La marque a vendu 232 000 unités l’an passé en Europe et 20 528 en France où la progression de 11 % sur 2015 a juste été le double de celle du marché. Avec 36 %, la Swift reste en tête des ventes devant le Vitara (31 %) mais l’Ignis démarre en flèche, la production peinant à satisfaire la demande. 201 concessions dont 45 exclusives se partagent l’Hexagone en ayant écoulé 64 000 Swift dans notre pays sur les 5,4 millions qui circulent dans le monde.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide