Fermer la publicité

Lyon rallume la flamme

le 18 novembre 2016 - Michel GODET - Evasion / Tourisme - article lu 46 fois

Lyon rallume la flamme
Une carpe koï géante sur la place de la République

Après de nombreuses tergiversations et études de faisabilité, la décision a été prise en le mois dernier par Gérard Collomb de donner droit de cité à la Fête des lumières 2016, suite à l'annulation de l'édition 2015 due aux attentats parisiens. La fête s'était alors transformée en hommage aux victimes.

Certes la version 2016 réduit la voilure, avec une quarantaine d'œuvres seulement, en Presqu'île, de la place Bellecour à la place des Terreaux, avec la place Sathonay en décalé. Le Vieux-Lyon et le théâtre antique de Fourvière, pour la première fois, seront également de la fête. La contrainte s'appliquera également dans le temps, puisque l’événement ne se déroulera cette année que du 8 au 10 décembre, chaque soir de 20 h à minuit.

« En ne renonçant pas à cette fête, nous avons voulu faire un acte d'engagement et de résistance », a déclaré Georges Képénékian, premier adjoint au maire, en charge de la culture. Evénement constitutif de l'histoire et de l'identité de la ville, la Fête des lumières 2016 permettra une nouvelle fois au patrimoine d'entre Rhône et Saône d'être sublimé par la magie des œuvres lumineuses, mettant en exergue tout à la fois rêve, imaginaire et poésie.

La place des Jacobins et sa fontaine rénovée seront ainsi magnifiées par la technique du « Chromolite » due à Patrice Warrener pour un choc polychrome. La rue de la République se parera de centaines de lanternes de Zigong (ville de la province du Sichuan, célèbre pour son festival des lanternes) qui nous feront voleter dans l'univers chinois, à l'instar d'une route de la soie sous une voûte étoilée… Sur la place de la République, une immense carpe koï multicolore, symbolique et hypnotique, nous entrainera vers l'Orient et ses mystères.

Par le jeu de déconstruction-reconstruction, la cathédrale Saint-Jean verra ses milliers de pierres remplacées, une à une, par des pixels lumineux, et la place des Terreaux nous entrainera dans l'univers visionnaire de Jules Verne. Pour la place Bellecour, un « songe forain » projeté sur la grande roue, et des pivoines géantes pour décorer la place de la Bourse.

Parmi les 40 œuvres présentées, quelques-unes joueront le jeu de l'interaction avec les badauds, pour ne citer que le cœur gonflable de la place des Célestins. Dans l'attente des 2,5 à 3 millions de visiteurs (chiffres donnés par Georges Képénékian), chacun se prépare à vivre une fête différente, mais toute aussi solidaire.

Coup de chapeau aux 85 partenaires qui contribuent pour moitié au budget de 2,6 M€ et à la conception-réalisation d'une quarantaine d'œuvres lumineuses, et aux 1 500 personnes mobilisées dans le dispositif sécuritaire renforcé.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide