Fermer la publicité

Kia : la nouvelle Picanto pique mieux et plus fort

le 02 mai 2017 - Philippe HERVIEU - Automobile

Kia : la nouvelle Picanto pique mieux et plus fort

Mini-citadine signée Kia, la nouvelle Picanto fait indiscutablement souffler un vent de fraîcheur, par son look comme par ses prestations, qui la font au final paraître plus grande qu'elle n'est !

Si la nouvelle Picanto, troisième génération de la lignée, affiche un petit air de famille avec sa devancière, son allure soigneusement travaillée lui attribue un supplément d'envergure visuelle. À l'arrière, le hayon descend bas pour faciliter le chargement, à l'inverse de nombre de ses concurrentes, généralement plus sommaires sur ce point. Et bien qu'intrinsèquement restreint, le coffre de 255 litres (contre 200 précédemment), s'avère le plus vaste de la catégorie. Une banquette arrière fractionnable 60/40 le complète de série.

À ces avantages pratiques s'ajoute une habitabilité pour 5 occupants, quand la plupart des autres citadines du segment A ne sont homologuées que pour 4 places, tout en conservant la longueur de la version antérieure, 3,59 m. Il faut voir dans cette optimisation des cotes le fruit d'une nouvelle plate-forme qui a permis de modifier les proportions dans le bon sens. Ainsi, le porte-à-faux avant a été réduit pour accroître l'empattement (+ 15 mm) et le porte-à-faux arrière (+ 10 mm). Avec aussi + 5 mm en hauteur, au bénéfice du confort postural.

A sa mignonne allure extérieure répond une planche de bord avenante au regard, mais exempte de tout habillage moussé. Pour compenser, l'ancrage vertical des aérateurs extérieurs, et la présence d'une baguette décorative transversale chromée, agrémentent l'ensemble d'un trait d'originalité. Un grand écran couleur tactile « flottant » de 7" apparaît sur la finition 3 Launch Edition. Bien dans l'axe de vision du conducteur, il fait entrer à bord la dernière connectivité, via Android Auto et Apple CarPlay, avec navigation et services TomTom offerts pendant 7 ans, soit le temps de la garantie du véhicule.

Et dès l'exécution d'accès Motion, six airbags, allumage automatique des feux, verrouillage centralisé et boucliers peints ton caisse sont déjà de la partie. Le stade 2 cœur de gamme Active s'enrichit notamment d'une climatisation manuelle, d'un régulateur/limiteur de vitesse, d'une radio/MP3, et même d'un volant gainé de cuir, avec pommeau des vitesses assorti ; il est réglable en hauteur. Cultivant l'ambiance sport, le « top niveau » GT Line dispose pour sa part d'un chargeur de smartphone par induction.

 

L'assurance d'une grande

 

Modèle d'audience mondiale fabriqué en Corée du Sud, la nouvelle Picanto étrenne donc une plate-forme spécifique qui allie légèreté - 38 kg de moins que précédemment - et forte rigidité structurelle, par le recours accru à des tôles « nobles », à haute limite élastique. Sous le capot, les 3 cylindres 1.0 atmosphérique 67 ch bvm5 et 4 cylindres 1.2 atmo 84 ch, avec boîte 5 vitesses ou automatique 4 rapports, sont issus de la génération antérieure, mais dûment remaniés.

Au volant, dans les entrelacs de ruelles d'un vieux centre-ville, les compétences citadines de la Picanto s'affirment d'emblée. La direction douce et précise, comme l'onctuosité du guidage de boîte, valorisent l'appréciable agilité d'évolution. On s'amuse d'autant plus à la faufiler en tous les sens que les vaillants 67 ch du 3 cylindres savent piaffer pour produire de gentilles accélérations d'un feu rouge à l'autre. Mais cette cavalerie révèle sa modestie dès l'abord des tracés plus rapides, par des reprises à la traîne. Les 84 ch du 4 cylindres 1.2 règlent la question. Plus endurants sans être brillants, ils insufflent le supplément d'aisance qui permet à la dernière Picanto d'exposer son talent à tenir la trajectoire avec l'assurance d'une plus grande auto. Dans un confort d'amortissement plutôt correct et des consommations assez douces, entre 5,7 à 6,2 l./100… tant qu'on reste « pied léger ».

Sécurité active

 

Ouvert aux quatre finitions, un pack d'aides avancées à la conduite - 350 € - sécurise l'auto par un système de freinage d'urgence autonome (AEB). Le conducteur dispose alors aussi sous les yeux d’un combiné d'instrumentation rétro-éclairé bien lisible.

 

 

 





Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide