Fermer la publicité

STEEC programme une extension pour un avenir encore plus ambitieux

le - - Industrie

STEEC programme une extension pour un avenir encore plus ambitieux
Photo DR - Société STEEC à Brindas

Bien qu'il prépare activement la cession de l'entreprise à ses fils, Paul Rolland, créateur de la société STEEC, maintient la dynamique de croissance. La construction d'un nouveau bâtiment traduira cette ambition dès l'année prochaine.

Spécialisée dans la micro mécanique et l’usinage de haute précision depuis près de 40 ans, la société STEEC regarde l’avenir avec ambition, investissant chaque année dans son parc machines pour conforter ses positions. Et ce n’est pas la décision de son fondateur, prise depuis 10 ans déjà, de tirer sa révérence en 2019, qui changera la donne. Convaincu que l’entreprise a bâti sa notoriété sur sa capacité technologique, Paul Rolland a toujours investi pour se différencier de la concurrence.


« C’est une des clés de notre réussite dans chacune de nos activités, affirme-t-il. Nous avons renouvelé régulièrement notre parc machines et sur le cannelage de cylindres, par exemple, nous sommes les seuls à avoir des machines à commandes numériques. » Une stratégie ambitieuse, à laquelle cet entrepreneur audacieux, également président de la Métallurgie rhodanienne depuis 2012, va donner une dimension plus importante encore dans le courant de l’année prochaine, avec la construction d’un nouveau bâtiment de 1 000 m2.

« Nous sommes un peu à l’étroit et nous ne pouvons pas répondre à la demande, alors que nos équipements nous permettraient de prendre plus de marchés », explique-t-il. Au terme de cette opération, qui devrait aboutir au deuxième semestre 2018, Paul Rolland pourra réorganiser ses ateliers et donner un nouveau coup d’accélérateur à son développement. L’activité cylindre, qui est actuellement contrainte sur 400 m2, disposera de 1 000 m2, tandis que l’espace ainsi libéré dans le bâtiment actuel sera réaffecté à l’activité laser. « Nous pourrons également développer le micro perçage et l’érosion, puisque nous venons de faire des investissements en début d’année avec deux nouvelles machines », ajoute-t-il.

Le début d’une nouvelle aventure pour Paul Rolland et ses trois fils, qui travaillent activement pour prendre la relève dans deux ans, mais aussi pour les 23 salariés de cette entreprise qui réalisera 2,2 M€ de chiffre d’affaires cette année. Tourné vers le spatial, le nucléaire, le médical, la recherche et l’agroalimentaire, STEEC ne manque ni de perspectives, ni de projets.

Jacques Donnay




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide