Fermer la publicité

Tableaux anciens et taxidermies aux Brotteaux

le 22 avril 2017 - Philippe JAYET - Enchères

Tableaux anciens et taxidermies aux Brotteaux
DR - "Jeune princesse tenant une fleur" Tableau de l'Ecole Flamande daté vers 1630 estimé 6 000 / 8 000 EUR

Ecoles Flamande, Italienne et Française sont au catalogue de la belle vente de dessins et tableaux anciens proposée ce 27 avril par Maître Claude Aguttes aux Brotteaux. Le lendemain, et sous le même marteau, acte II de la dispersion de la collection de taxidermies de Monsieur Paquet.

Quel meilleur sujet qu'une princesse pour débuter la lecture de ce catalogue avec un très beau cuivre de l'Ecole Flamande daté vers 1630 représentant une « Jeune princesse tenant une fleur à l'intérieur d'un palais ».

De dimensions 30,5 x 24 cm, ce cuivre est attendu entre 6 000 et 8 000 €. Estimation un peu inférieure entre 5 000 et 7 000 € pour une « Scène de village », huile sur toile de l'Ecole d'Italie du Nord du XVIIIème siècle mais aussi pour «  La salle de classe », une autre huile sur toile cette fois d'Antoine Edouard J. Moulinet. De l'Ecole Française du début du XIXème ( entourage de Marguerite Gérard , on retient enfin « Le sommeil de l'élégante », une peinture sur panneau parqueté pour laquelle l'estimation est annoncée entre 4 000 et 6 000 €.


Dans la même vente sont également dispersés divers objets d'art dont ce superbe Bouddha birman en bronze à belle patine vert jade. Daté entre le XVIIème et le XVIIIème siècle, ce rare Bouddha Maravijaya est attendu entre 10 000 et 12 000 €. Autre curiosité à ne pas rater dans cette vente, un très rare et beau panneau de tapisserie mobilière de la Marche ( Creuse) en laine et soie réhaussé de fils d'or et d'argent datant de la première moitié du XVIème siècle. Ayant pour registre la réception par le Roi François 1er de l'Ambassade Ottomane de Soliman le Magnifique, cette rarissime tapisserie devrait très facilement dépasser son estimation établie entre 4000 et 8000 €.

Ours, singe et éléphant aux Brotteaux

Tout autre registre dès le lendemain aux Brotteaux avec la dispersion de la seconde partie de la collection de Monsieur Paquet, importante collection de taxidermies. Au hasard des allées de la salle des ventes, on croise un ours brun adulte naturalisé avec gueule entrouverte pour une estimation annoncée entre 1 500 et 1 600 € mais aussi une lionne d'Afrique, pièce ancienne avec montage au plâtre estimée pour sa part entre 1 000 et 1 200 €.


Au chapitre des crânes animaliers, à noter celui d'un éléphant d'Afrique bien complet de sa mandibule inférieure sous une belle patine ancienne dite de terrain attendu entre 1 600 et 1 800 € mais également celui d'un morse monté sur socle en métal laqué noir pour lequel il faudra engager 2 500 à 3 000 €.
Hôtel des Ventes des Brotteaux – Jeudi 27 avril à 14h30 et vendredi 28 avril à 14h30. Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.aguttes.com

Adjugés !


Armes anciennes et Arts d'Asie étaient au programme de la vente « Collections » programmées ce 6 avril par le groupe Ivoire à Lyon Presqu'île. Pour ce qui est des armes, la plus haute enchère était atteinte par une paire de pistolets de tir présentée dans son coffret et signée John Manton à Londres. A canons octogonaux en acier damas et mécanismes à percussion sur capsule, cette rare paire de pistolets anglais datée de 1836 trouvait preneur à 6 642 € (frais compris). Belle adjudication également à 4 558 € (frais compris) pour une autre paire de pistolets de combat par Lacouture à Lyon. Datée du milieu du XIXème siècle, cette paire également présentée en coffret était accompagnée de tous ses accessoires de chargement et nettoyage.
Au chapitre des arts d'Asie, on notait toujours sous le marteau de Maîtres Antoine Bérard et François Péron l'adjudication à 6 888 € (frais compris) pour une paire de grands vases balustres en porcelaine et émaux de la Famille Rose, Chine – deuxième moitié du XIXème siècle, mais aussi les 5 166 € portés par un amateur sur un brûle-parfum de style archaïsant en jade céladon, travail chinois daté de la transition XVIIIème-XIXème siècle.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide