Fermer la publicité

Terralta confirme l'attractivité du neuf à la Part-Dieu

le 26 avril 2017 - Jacques DONNAY - Immobilier-TP-Bâtiment

Terralta confirme l'attractivité du neuf à la Part-Dieu

Inauguré officiellement le 4 avril, le programme Terralta, qui totalise 10 600 m2 de bureaux sur le boulevard Vivier Merle, traduit bien la soif des preneurs pour les produits neufs dans le quartier d'affaires de la capitale des Gaules.

Thierry Riba, directeur des investissements pour les métropoles régionales de la foncière Eurosic, ne cache pas sa satisfaction. Inauguré officiellement mardi 4 avril, le programme Terralta est en effet loué à près de 90 %. « Il ne reste plus que deux plateaux », précise-t-il. Nespresso, OVH Group, le groupe Covéa avec MAAF et GMF, Randstad, Nexity Studéa ont d’ores et déjà intégré le bâtiment, confirmant l’attractivité de la Part-Dieu et surtout la soif des preneurs pour les produits neufs dans le quartier. « Nous avions lancé l’opération en blanc, mais n’avons jamais eu d’inquiétude sur sa commercialisation », poursuit Thierry Riba. Des discussions sont d’ailleurs en cours pour le rez-de-chaussée, où le restaurant en façade est déjà occupé.
Mené à bien en étroite collaboration avec les services de la Métropole de Lyon, dans le cadre de la Mission Part-Dieu, le programme Terralta est le fruit d’une opération de remembrement sur un tènement situé boulevard Vivier Merle. « Nous étions déjà propriétaire d’un foncier où était installé un parking silo et nous avons racheté à un investisseur la station-service qui n’était plus en activité », résume Louis Bayon, directeur immobilier d’Eurosic. Dessiné par le cabinet d’architectes Soho, le bâtiment développe un peu plus de 10 600 m2 de bureaux sur 8 étages.
Venu représenter Gérard Collomb pour cette inauguration, Michel Le Faou, Vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme, a souligné l’importance du programme Terralta avant de le resituer dans la dynamique globale du quartier et de l’agglomération : « Au travers de ce programme, se dessine en effet le projet global que nous portons pour la Métropole. Nous devons réinventer la Part-Dieu pour répondre à l’attente du tissu économique. Car pour cela, nous devons proposer une offre tertiaire adaptée. Notre territoire va encore connaître une profonde mutation au cours des prochaines années. » 

Jacques Donnay



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide