Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Une version d'Alceste "Fura Del Baus"

le - - Musique

Une version d'Alceste "Fura Del Baus"
©Aymeric Giraudel - Karine Deshayes (soprano), Alceste

La nouvelle production de l'Opéra de Lyon est un opéra assez peu joué de Gluck qui prépare, comme l'écrit Serge Dorny dans sa présentation de saison, "la mue baroque" de la vénérable formation lyonnaise. Alceste est en effet une des premières mises en pratique de la réforme voulue par le compositeur allemand du XVIIIè siècle.

Alceste, à sa création en 1767 à Vienne, fut un échec. Ce n'est que 10 ans plus tard, à Paris, dans sa version française, modifiée et augmentée, que l'Opéra gagna progressivement les faveurs du public. Il faut dire que Gluck y exposait, dans une préface restée célèbre depuis, sa réforme de l'Opéra, mise en forme par le librettiste et poète italien Ranieri de Calzabigi. Dans Alceste, il reprend la trame de la pièce éponyme d'Euripide en la simplifiant quelque peu : alors que tous abandonnent Admète, qui mourra si personne ne se sacrifie pour lui, son épouse Alceste décide de mourir pour que vive celui qu'elle aime.

Mais que vaut la vie quand on a perdu celle qu'on aime ? C'est la question auquel va se confronter le metteur en scène Alex Ollé de la Fura Del Baus, que les Lyonnais mélomanes connaissent bien pour avoir vu sa mise en scène du Vaisseau fantôme ou celle de Erwartung de Schönberg en 2013 dans le cadre du festival Justice/Injustice, entre autres. Il y reprendra d'ailleurs le même procédé vidéo pour fouiller les tréfonds de l'âme humaine. Notamment un prologue filmé, que décrit Alex Ollé comme suit : « On y voit un accident de voiture qui a laissé Admète dans le coma, entre la vie et la mort, alors qu'Alceste conduisait ».

Une belle façon d'ancrer cette nouvelle production dans l'époque moderne. Tout comme son parti-pris de travailler à partir du livret, très écrit de François-Louis Gand Le Bland du Rollet, comme Gluck avait lui-même travaillé la partition à partir du texte. L'impatience nous fait trépigner de curiosité !

Opéra de Lyon, 2 au 16 mai, www.opera-lyon.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide