Fermer la publicité

Le Défenseur des droits s'engage pour la parité

le 12 août 2017 - Laurent ODOUARD - Droit

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, et la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, ont signé le 27 juillet une convention de partenariat afin de renforcer leur collaboration en matière de lutte contre les discriminations faites aux femmes.

Malgré le renforcement récent des politiques publiques et la multiplication des actions menées, les inégalités et les discriminations qui touchent les femmes restent massives dans de nombreux domaines. Une femme sur quatre déclare avoir fait l'objet une discrimination liée au sexe lors des cinq dernières années. Pour autant, les femmes sont peu nombreuses à faire valoir leurs droits.
Depuis 2005, la HALDE et le Défenseur des droits, qui lui a succédé en 2011, ont reçu plus de 6 000 saisines et adopté plus de 90 décisions concernant des discriminations fondées sur le sexe et l'état de grossesse.
L'emploi apparaît comme un milieu particulièrement discriminant. Les discriminations subies par les femmes se manifestent à tous les stades de la relation de travail, de l'embauche à la carrière, au retour de congé maternité ou encore lors de la rupture du contrat de travail. En 2016, pour le seul secteur de l'emploi, 41 % des femmes interrogées lors de l'enquête « Accès aux droits » du Défenseur des droits déclarent avoir fait l'objet d'une discrimination dans leur recherche d'emploi ou dans le déroulement de leur carrière au cours des cinq dernières années.
Cette convention a donc pour objectif de :
- contribuer et de pérenniser la lutte contre les discriminations liées au genre, dont le harcèlement sexuel et les agissements sexistes ;
- mieux faire connaître aux femmes leurs droits, notamment en matière de discriminations et les aider à les faire valoir ;
- favoriser une approche coordonnée des actions à mener.
Le Défenseur des droits et la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes ont également convenu de se rencontrer au moins une fois par an pour faire le bilan de la mise en œuvre de cette convention et envisager les actions futures.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide