Fermer la publicité

L'impact des nouvelles générations sur l'organisation des cabinets d'audit

le 11 septembre 2017 - . - Vie juridique

Les cabinets d'audit ont de plus en plus de difficultés à recruter et à fidéliser leurs collaborateurs. La profession semble de moins en moins attractive auprès des jeunes et les organisations internes des cabinets, décalées par rapport aux attentes des nouvelles générations.

La Compagnie des Commissaires aux Comptes de Lyon a d’ailleurs organisé une « soirée partenaires » sur le thème « Regards croisés de l’impact des nouvelles générations sur l’organisation de l’entreprise : Le point de vue des entreprises, des universitaires et des Experts », le 7 septembre dernier, à l’Hippodrome de Bron, en présence de Patrick Martin, Président du MEDEF Auvergne Rhône-Alpes, Agnès Bertillot, Président de la CPME de l’Ain, Benjamin Cheminade, Entrepreneur et expert en innovation, François Lantin, Directeur du CLEA.
Il s’agit en effet d’une préoccupation de nombreux dirigeants de cabinets d’audit qui ont des difficultés à comprendre les attentes des différentes générations et à adapter les organisations des cabinets pour que ces derniers restent attractifs pour les jeunes.
Cet article propose une cartographie simplifiée des caractéristiques des générations X, Y et Z afin de comprendre leurs attentes et leurs affinités.


La génération X - nés entre 1966 et 1976

Leur enfance a été marquée par la fin des 30 glorieuses, les deux chocs pétroliers, les débuts de la crise et du chômage, la guerre froide, l’augmentation des divorces, le pessimisme…
Ils ont profité de la réussite matérielle de leurs parents et ont compris que pour eux, les choses seraient plus compliquées. Ils ont connus la crise et le chômage et savent que la stabilité professionnelle est une illusion. Ils respectent les règles de l’entreprise et la hiérarchie et savent être patients et respectent l’expérience professionnelle, les responsabilités et les horaires. Pour eux, vie privée et vie professionnelle sont séparées et équilibrées. Ils ont été autonomes très tôt, habitués à se débrouiller seuls, ils sont indépendants et sûrs d’eux.
La génération Y - nés entre 1977 et 1994

On les appelle, la génération Why ou la Génération Boomerang. Ils ont très tôt utilisé internet, très tôt possédé un mobile et un ordinateur personnel, toujours vécu dans un monde en crise et participé à la prise de conscience écologique. Ils ont besoin de liberté et de comprendre le sens de ce qu’ils font. Pour eux, l’important, plus que la reconnaissance, c’est de faire quelque chose qu’ils aiment et en quoi ils croient. Ils ne croient pas aux plans de carrière et considèrent que l’important, c’est la faculté à s’adapter, à apprendre sans cesse de nouvelles choses. Ce qui compte pour eux, c’est le partage, l’échange et la collaboration. Le modèle hiérarchique traditionnel ne leur convient pas. Ils sont mobiles et nomades, connectés en permanence.
La génération Z - nés après 1994

Ce sont les premiers vrais Digital Natives, les premiers à n’avoir jamais connu un monde sans internet. On les appelle aussi la génération C (Communication - Collaboration - Connexion - Créativité). Ils ont toujours connu internet, Google, les réseaux sociaux, Youtube, le smartphone, la crise financière et le chômage.

Pour eux, la révolution numérique n’a jamais eu lieu, internet n’est pas révolutionnaire, c’est une partie intégrante de leur monde depuis toujours. La crise et la précarité sont pour eux des constantes, des faits établis. Ils ne comptent que sur eux-mêmes pour s’en sortir et veulent inventer un monde meilleur. Peu importe d’où ils viennent et où ils vivent, leur culture est mondiale, leur univers est cosmopolite, ils sont en permanence reliés avec le monde entier. Les diplômes sont pour eux obsolètes. Ils veulent faire de leur passion leur travail. L’ambiance et la qualité des conditions de travail sont pour eux essentielles. Ils sont peu adeptes des contraintes horaires mais ils sont toujours connectés et réactifs. Pour eux, la frontière entre vie privée et vie professionnelle est floue.
C’est face à ces spécifiés intergénérationnelles que les cabinets d’audit doivent adapter leur organisation interne pour attirer de jeunes talents, les motiver et les fidéliser. Il s’agit d’un enjeu considérable pour la profession de demain.

Olivier Arthaud, Président Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Lyon.





Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide