Fermer la publicité

Régis Vanhasbrouck pour « une justice exemplaire et ouverte »

le 12 avril 2017 - Michel GODET - Tribunaux

Régis Vanhasbrouck pour « une justice exemplaire et ouverte »
Photo : Michel GODET - Le ministre de la Justice, entouré des chefs de cour et des secrétaires généraux

Si l'installation d'un Premier président dans une cour d'appel est un événement solennel d'importance, la présence d'un Garde des Sceaux ne peut qu'en rehausser la portée. Ainsi, le 24 mars, en remplacement de Bruno Pireyre, la cour d'appel de Lyon a procédé à l'installation de Régis Vanhasbrouck, en présence du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, accompagné de la directrice des services judiciaires, Marielle Thau.

Comme preuve d’une unité de corps, les Premiers présidents des cours d'appel d'Amiens, Bordeaux, Limoges, Montpellier, Rouen, Versailles, et les procureurs généraux de celles d'Angers, Pau et Poitiers ainsi que les chefs des cours d'appel de l'inter-région, Grenoble, Chambéry et Riom étaient également présents, ainsi que de nombreuses personnalités lyonnaises.

En l’absence de Premier président depuis le départ de Bruno Pireyre, nommé président de chambre à la Cour de cassation, c’est Bernard Boulmier, président de chambre doyen à la cour d’appel de Lyon qui a ouvert l’audience solennelle. Et ce dernier de rappeler le parcours du nouveau Premier président dans différentes juridictions hexagonales. La dernière à Pau, avant d’arriver à Lyon. Un parcours diversifié, mais invariablement lié au Siège, Régis Vanhasbrouck étant actuellement président de la conférence des Premiers présidents.

Il est ensuite revenu à la procureure générale Sylvie Moisson de prononcer ses réquisitions après son discours, insistant sur le privilège qu’apporte la présence du Garde des Sceaux à cette installation « primus inter pares ». Travaillant déjà avec Bruno Pireyre à voix partagée, la procureure loue la « dyarchie » initiée avec son successeur, consciente, consensuelle et harmonieuse pour le respect de la justice et le respect du justiciable : « Autant de tâches juridictionnelles et axes de travail conditionnés par la réforme de modernisation de la justice du XXIe siècle ».

« C’est dans son exemplarité que la justice retrouvera la confiance des citoyens »

Après avoir été officiellement installé dans ses fonctions de Premier président de la cour d’appel de Lyon, Régis Vanhasbrouck s’est félicité de la présence à titre privé du ministre de la Justice : « Un honneur pour la  cour, mais aussi pour moi ». Emotion et plaisir étaient au cœur de ses propos. Emotion de prendre place en dyarchie avec le Parquet, au sein de cette prestigieuse cour d’appel, riche de son passé, mais aussi plaisir de vivre à Lyon, entre Rhône et Saône.

Sans pour autant décliner un programme précis, le nouveau chef de cour a largement insisté sur deux valeurs fortes, qu’il fait siennes : « Une justice exemplaire et ouverte », empreinte de déontologie, pourrions-nous ajouter. « C’est d’abord dans son exemplarité que la justice retrouvera la confiance des citoyens ».

Quant à la justice ouverte, elle peut désormais s’appuyer de plus en plus sur des moyens de règlement des différents alternatifs, aux côtés d’une inéluctable révolution numérique. Et le Premier président de conclure en citant Saint-Exupéry : « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible ».



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide