Fermer la publicité

Villa Maïa le temple du luxe

le - - Immobilier-TP-Bâtiment

Villa Maïa le temple du luxe

Fastueux et contemporain, le nouvel hôtel situé sur la colline de Fourvière face au restaurant Têtedoie vient d'accueillir ses premiers clients. Le groupe Maïa signe là sa première incursion dans l'univers de l'hôtellerie de luxe.

L’hôtel Villa Maïa est un séducteur né. Derrière sa façade de béton doublée de panneaux de verre mat opaque dont la teinte évolue au rythme de la lumière, il abrite 37 chambres, dont sept suites et un appartement aux influences japonisantes. Chacune s’ouvre sur un large balcon, avec, côté est, une vue fabuleuse sur la Métropole lyonnaise. Côté ouest, le jardin dessiné par Louis Benech, incite à la contemplation d’une nature sauvage et sereine. Dans les salles de bains en marbre de carrare, des mosaïques reproduisent à l’identique celles qui ont été retrouvées lors des fouilles archéologiques du site de l’Antiquaille sur lequel est bâti l’hôtel. Comme un bijou posé sur son écrin.
Pour construire ce somptueux bâtiment appartenant au groupe Maïa, deux ans de travaux et un budget de 35 M € HT auront été nécessaires. L’architecte Jean-Michel Wilmotte, le décorateur Jacques Grange et le paysagiste Louis Benech ont réuni, pour la première fois, leurs compétences pour lui donner naissance. Les chambres, comme le bar, la salle de petit-déjeuner, le salon, la bibliothèque disposent de surfaces confortables où la décoration contemporaine et colorée, dotée d’une touche d’art déco, insuffle une atmosphère chaleureuse. Les larges baies vitrées laissent pénétrer la lumière et admirer le panorama dans chaque espace de vie.
Derrière les voûtes antiques, reconstituées avec de la pierre dorée de Jaumont, s’abritent les thermes, avec une majestueuse piscine de vingt mètres de long bordée d’un sol en marbre noir et blanc qui évoque l’époque antique, un hammam et un sauna. L’architecture pompéienne ornée d’imposantes colonnes rappelle celle d’un cloître. « L’hôtel Villa Maïa réécrit l’histoire. Il s’intègre  avec esthétisme dans le site et avec 37 chambres, il reste à taille humaine. C’est un beau projet qui doit attirer une clientèle, notamment les cadres supérieurs étrangers, qui ne trouvait pas ce produit à Lyon, » explique Christophe Gruy qui dirige le groupe Maïa, spécialisé dans le développement, la conception, l’ingénierie, la construction, le financement et l’exploitation de projets d’infrastructures, d’immobilier et d’hospitalité. La société, qui emploie 300 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 101 M € en 2016. 
Parenthèse enchantée sur les hauteurs de Lyon, le bar où se mêlent artistiquement les couleurs et les styles de matériaux et de mobilier, est ouvert au public de 17h à 1h du matin. « Et pas uniquement aux clients de l’hôtel, il doit aussi éveiller la curiosité des Lyonnais et leur apporter un moment d’évasion dans une ambiance raffinée et authentique, » expose Séverine Maisonneuve, la directrice de l’établissement qui organisera également des goûters gourmands concoctés par la cuisine du restaurant Têtedoie, table officielle de l’hôtel Villa Maïa.
Ouvert toute l’année avec des tarifs fixes de 545 € la chambre pour la nuit à 1 475 € l’appartement, il n’attend, plus désormais, que sa classification d’hôtel cinq étoiles.

Agnès Giraud-Passot
 




Agnès GIRAUD-PASSOT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide